{Volutes féminines} L’enfant grise

VF T1 - L'enfant grise

Elle est née avec des poumons gris. Avant même de voir la lumière du jour et le bleu du ciel, le monde n’avait pas fière allure. Il y a ce parfum qui lui irrite le nez et brouille la vue, alors qu’elle découvre à peine son corps. Elle s’est déjà embrumée. 

Elle a des yeux de couleur perle. Les murs de sa chambre ont perdu de leur éclat avant même qu’elle y ait passé sa première nuit. L’air ambiant et les objets de décoration ont cette teinte voilée par ce filtre permanent. Elle a ces reflets argentés dans le regard.

Elle a des sens cachés. Ses repas ont un arrière-goût d’usine chimique. De la viande à l’ammoniac, des légumes au monoxyde de carbone, des pâtes assaisonnées à l’acide cyanhydrique… Elle se nourrit de poivre et sel toxiques. 

Elle marche avec le souffle déjà court. Maman ne lâche jamais sa cigarette durant les promenades en poussette ou quand elle lui tient la main pour l’accompagner à l’école. Ce filet de fumée est toujours là. Elle a ce frère irréel et volatile qui la suit.

Elle devient une grande pâlichonne. À force de grandir dans le brouillard et de fumer passivement, son corps de jeune fille est recouvert de vêtements qui sentent le tabac froid, de cendres égarées. Elle a ce visage éteint et morne.

Elle vit l’adolescence comme une contradiction. Une lutte entre le bon sens et la colère, avec cette animosité contre ce gris permanent et envahissant. Il y a l’hésitation de vaincre le mal par le mal. Elle en tient une entre ses doigts.

Elle allume sa première cigarette. Prisonnière de ces nuages, baignée dans la grisaille, il y a ce désir inexplicable d’ingérer soi-même le poison. De mutiler une âme déjà flétrie en perpétuant l’inconscience de ses parents. Elle préfère en crever. Au plus vite.

Le ciel est injustement gris en ce matin où l’adolescente est à peine une jeune femme. Elle vient tout juste d’être majeure, allongée sur un lit d’hôpital. Le verdict des médecins est sans appel.  Trop de gris dans sa tête. Trop de gris dans son corps. 

Une existence aussi courte que son souffle, aussi terne que sa peau, aussi tragique que cette putain de drogue. L’avenir quant à lui, est aussi sombre que ses poumons noircis. Sa santé fragile a été créée par des parents négligents. Inconscients. Des meurtriers.

Elle s’enfuit de sa chambre et détourne l’attention des infirmières. Mourante mais dépendante, elle s’en grille une dernière pour la route. Elle embrasse le démon, embrase ses poumons. Pour mourir comme elle est née. Grise.


Extrait du tome 1 des Volutes féminines auto-publié chez Librinova.

2 réflexions sur “{Volutes féminines} L’enfant grise

    • Merci pour ta lecture ! C’est assez intéressant de voir que ce texte à toujours susciter un vif intérêt et a su éveiller ce que je souhaitais, à savoir toucher les gens par la tragédie que cela représente. Je suis ravi de te voir sur une de mes « Volutes féminines » qui est un projet qui me tient très à coeur et qui sera présent dans mon roman 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s