[Chronique] La pluie du paradis

la-pluie-du-paradis

Date de sortie : Novembre 2008
Editeur : Casterman
Nombre de pages : 124.
Prix : Environ 9 € (d’occasion)

Résumé

Une petite ville du sud de la Chine est le théâtre de trois récits qui mêlent avec brio amour et passion pour la peinture. Deux amoureux se préparent au départ du jeune homme pour une prestigieuse école de peinture. Un orphelin abandonné, recueilli par un vieux maître, décide de suivre la même voie que lui et d’apprendre l’art difficile de la peinture. Un jeune artiste, venu approfondir ses connaissances auprès d’un galeriste au caractère bien trempé, tombe sous le charme de la jeune fille de la maison. Chaque histoire interprète par ses joies, ses espérances, mais aussi ses tristesses et ses désillusions, ce qui fait l’essence même de la vie et de l’art : l’amour.

Mon avis

Ce recueil est entièrement en couleurs, ce qui est déjà un très bon point pour la mise en valeur du dessin. Le premier récit (ou nouvelle) ne fait que trois pages et adopte un style graphique bien distinct des deux autres. Un goût de trop peu – forcément – mais pourtant, en quelques cases et dialogues, dans un contexte futuriste défini de manière convaincante, on saisi l’intention de l’auteur : parler de la séparation. La seconde histoire adopte un graphisme plus sombre, en aquarelles. Un style qui n’est pas sans rappeler Benjamin (et dont une première chronique est déjà en ligne sur le site). Certains plans sont vraiment beaux mais l’histoire, qui ne fait que 23 pages, nous laisse un peu sur notre faim. En fait, je pense qu’il faut plutôt considérer ces deux premières histoires comme des tentatives, des tranches de vie qui ont amené (et aidé) l’artiste à bâtir l’histoire principale qui nous intéresse : La pluie du paradis. Dès les premières cases, on remarque un style graphique qui mix très intelligemment celles des deux premières histoires. C’est absolument magnifique ! La maitrise des décors, des visages et des couleurs est époustouflante. Le dessin est subtil, parfois très détaillé dans les émotions des personnages, parfois plus abstrait pour que le flou nous laisse imaginer une silhouette au loin. La pluie – forcément très présente – est parfaitement représentée, et j’ai été subjugué par la beauté très pure de Ling, cette jeune femme qui hante l’esprit de ce jeune artiste chanceux et talentueux. Il y a beaucoup de tristesse et d’humanité à travers les personnages, qui sont très attachants et m’ont arraché quelques larmes. La mélancolie et la séparation – encore plus marquée – sont au coeur de cette histoire très joliment raconté, alternant flashbacks et moment présent pour finalement se conclure d’une façon très touchante – mais un peu triste tout de même. L’amour, avec toute sa complexité, est ici représentée avec une sensibilité rare, et un certain pessimisme. Je ne peux que recommander de lire ce manhua méconnu qui reste encore facile à trouver d’occasion.

Notation 5

Un manhua à découvrir absolument !

Extraits

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s