{Chronique} Un petit livre oublié sur un banc (2 tomes)

Scénario : Jim.   Dessins : Mig.   Couleurs : Delphine. 
Dates de sortie :
 12 mars 2014 (T.1) / 29 avril 2015 (T.2)
Editeur : Bamboo Edition (Collection Grand Angle)
Nombre de pages : 53 + 54 (intégrale de 102 pages) 
Prix : 14,50 € le tome ou 19,90 € l’intégrale.

 

Résumé de l’éditeur

« Certains livres peuvent changer une vie… »

Camélia est assise sur un banc. À côté d’elle, un livre est posé là, abandonné. Elle le feuilleté. Dedans, un mot de la main d’un inconnu l’invite à l’emporter…

Chez elle, Camélia découvre que certains mots sont entourés ici et là, et que ces mots forment des phrases… L’inconnu dit s’ennuyer dans sa vie de tous les jours et rêve d’une vie amoureuse forte et bouleversante, comme on en lit seulement dans les romans. « Mais combien sommes-nous à rêver d’une vie romanesque ? ».
Camélia entoure six mots en réponse : « nous » « sommes » « deux », « vous » « et » « moi »… Et elle retourne déposer le petit livre tout là-bas, sur un banc…

À l’heure des textos et du livre numérique, « En petit livre oublié sur un banc » est une histoire pleine de charme entre deux amoureux des livres… Une liaison épistolaire tendre et attachante, à contrecourant du flot numérique actuel…

Mon avis

Jim a ce don de présenter les choses de façon très humaine : cette histoire lui a été inspirée par un vieil homme qui déposait des livres sur des bancs pour continuer à les faire vivre après les avoir lus. De là nait cette histoire où une jeune femme, Camélia, se retrouve confrontée à cet étrange livre pas forcément très intéressant au premier abord mais qui, étrangement, contient des mots entourés. De là naît une curiosité que nous aurions tous eu je pense, même si j’ai trouvé que ça partait un peu trop loin – mais tout dépend de l’implication émotionnelle de chacun. Il faut dire aussi que ce que soulève aussi et surtout cette BD, c’est la façon de gérer son couple. Le copain de Camélia parait cliché dans sa façon d’être mais Jim soulève avec une assez grande justesse la comportement des hommes. Il y a aussi ce problème récurrent et auquel je suis sensible, à savoir la façon vulgaire dont les gens peuvent parler des relations amoureuses, en se focalisant sur le sexe plutôt que sur l’amour lui-même. Les hommes ont la plupart des mauvais rôles et, à travers eux, se distinguent les différents problèmes très ancrés dans la société actuelle, notamment envers la femme, l’amour et le couple. Mais ce qu’il faut retenir, c’est la beauté et la pureté de l’intention de départ, celle de laisser un livre pour lui donner vie et, possiblement, de passer un message ou de faire rêver – à ce titre la conclusion de cette histoire est une franche réussite. J’ai aimé le dessin de Mig, très adapté au propos et à la plume de Jim. Au final, c’est une lecture qui pourra faire un peu grincer des dents par les clichés qu’il propose mais qui nous fait réfléchir sur notre rapport aux autres et aux moyens que nous avons de communiquer. Le décalage avec les moeurs actuels où la technologie prédomine est réellement intéressant, et amène à penser que finalement, nous devrions tous prendre la peine de libérer nos livres pour en faire des passerelles pour d’éventuels rencontres et partages. 

 

Une jolie histoire qui fait réfléchir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s