{Chronique} Hibakusha

Scénario : Barboni Thilde.  Dessins : Olivier Cinna.
Dates de sortie :
 5 mai 2017.
Editeur : Aire Libre (Dupuis)
Nombre de pages : 64.
Prix : 16,50 €

Résumé de l’éditeur

Ludwig Mueller est un traducteur-interprète allemand aux ordres du parti hitlérien. Alors que la Seconde Guerre mondiale entame un virage inquiétant, ce mari désabusé et père peu préoccupé par sa famille est envoyé à Hiroshima afin de travailler sur des documents confidentiels, au contenu crypté. Là-bas, il lui est cependant impossible d’échapper à ses tourments qui se gravent dans sa chair et lui causent d’intenses douleurs. C’est alors que sa rencontre avec une belle Japonaise va bouleverser toutes ses convictions, jusqu’au plus profond de son âme…

Mon avis

La quatrième de couverture, différente du résumé de l’éditeur, m’a vraiment inviter à l’ouvrir, a faire connaissance avec ces personnages et ce contexte impossible pour une histoire d’amour. La lecture est très (trop) rapide, on effleure les personnages mais on est vite baigné dans l’effroi de la fin de la seconde guerre mondiale. Les scène se succèdent avec parfois beaucoup de poésie mais ça manque cruellement de nuances, on en vient vite à deux êtres déshabillés juste pour démontrer le désir. Ça manque de subtilité, même si c’est probablement réaliste ainsi pour beaucoup. Je n’ai pas été conquis par le dessin, les gros plans et visages d’un même personnage ne se ressemble pas, ça manque de finesse, c’est abrupte et les émotions se lisent assez mal sur ces mêmes personnages. La colorisation est par contre une belle réussite, et quelques planches sont tout de même très belles – je pense notamment à la toute dernière, plutôt bien trouvée bien qu’exécutée là encore un peu trop « à la va vite ». Le plus gros reproche finalement, c’est qu’on effleure un peu tout. La BD synthétise beaucoup de choses en général, mais ici on ressort de la lecture avec un sentiment de trop peu, les soixante quatre pages se terminent en un claquement de doigt, ne laissant pas le temps aux émotions et aux sentiments de marquer les esprits ; enfin c’est en tout cas mon ressenti. A conseiller malgré tout, car cette histoire reste belle et troublante si l’on ne se précipite pas à tout lire rapidement.

Une BD qui laisse sur notre faim.

 

Achetez cette BD sur Amazon
Achetez cette BD sur Fnac (-5% pour les adhérents)
Et surtout, n’oubliez pas les librairies indépendantes près de chez vous ! 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s