[Chronique] Les secrets de Brune – L’amie parfaite

Les secrets de brune

Date de sortie : 3 mai 2017
Editeur : Sarbacane
Nombre de pages : 88.
Prix : 15,50 €

Résumé

C’est bientôt la rentrée et Brune change de collège… Son angoisse grandit à mesure que le jour fatidique approche. À quoi ressemblera sa nouvelle vie ? Son histoire commence… Brune est une adolescente timide et secrète, qui s’interroge sur sa vie, sur le monde qui l’entoure. Ses copains de classes, ses professeurs, sont autant d’énigmes qu’elle peine à résoudre. Comment trouver la clé ?…
« Les secrets de Brune » sonnent comme une invitation à se découvrir, se faire confiance, et pourquoi pas, s’aimer… C’est la recherche du pont qui relie la vie d’une fille ordinaire à ses rêves les plus secrets, un voyage intime sur les ailes d’une hirondelle. Délicatesse et finesse du dessin donnent corps au texte de Bruna Vieira.

Mon avis

C’est en flânant dans ce cher Gibert Joseph du quartier Saint-Michel à Paris que je suis tombé sur la couverture ravissante de cette jolie BD. Il n’en fallait pas plus pour m’en saisir, curieux et admiratif, puis l’ouvrir afin de le feuilleter. Et dès le premier coup d’oeil, l’univers pastel et très cotonneux m’a séduit. J’y ai perçu un dessin sensible, délicat et féminin. Et en effet, c’est une jeune brésilienne qui illustre ce bel ouvrage ! D’ailleurs, la présentation est impeccable, j’ai retrouvé ici tout le soin et l’originalité apporté par les éditions Sarbacane – qui ont publié le magnifique roman Songes à la douceur. Le livre commence avec trois double-pages où l’on voit Bruna, l’héroïne, réfléchir dans sa chambre. Puis s’ensuit les réflexions d’une adolescente pas très en confiance, troublée par son changement de collège, par sa relation avec autrui. Ses réflexions sont pertinentes, elles parleront sûrement à bon nombre d’adolescent(e)s. D’ailleurs à ce propos, si la bande-dessinée est principalement destinée aux jeunes filles, que les garçons ne se la jouent pas grosses brutes insensibles, ça peut tout aussi bien les concerner. Car il est intéressant de comprendre cette sensibilité féminine 🙂

Les dessins m’ont un peu rappelé le jeu vidéo Child of Light dans l’esthétique et le design des personnages, et une approche assez « japonaise » dans l’ensemble. De la pudeur et de la poésie dans un contexte et des réflexions très actuelles, cohérente avec notre société d’aujourd’hui. J’ai aimé la pertinence de certains propos, je me suis pris d’affection pour Bruna et j’ai littéralement adoré les petits personnages inventés par les autrices ! A ce propos, les dernières pages proposent au lecteur de découvrir comment la BD est née, avec les études de personnages et des confidences de Bruna Vieira qui s’est occupée des textes. On apprend notamment qu’une suite est prévue et que c’est très auto-biographique. Il est à noté qu’à certains endroits, l’adolescente qui lira ce livre pourra interagir avec Brune puisqu’il y a quelques Finalement, mon seul regret c’est que ça se lit (trop) vite, car l’histoire n’a pas totalement le temps de décoller. Reste que c’est une très belle bande-dessinée à offrir, et j’ai hâte de pouvoir lire la suite ! 

Notation 5

Touchant, poétique et esthétiquement sublime.

 

Extraits

[Chronique BD] Coeur de Pierre

Coeurdepierre

Date de sortie : 3 avril 2013
Editeur : Delcourt Jeunesse
Nombre de pages : 32.
Prix :  9,95 €

coeur de pierre

Résumé

Le jour où la petite fille au coeur d’artichaut rencontre le garçon au coeur de pierre, elle tombe éperdument amoureuse de lui. Dès lors, elle lui offre chaque jour une feuille de son coeur que chaque jour celui-ci rejette plus méchamment. Le coeur de la petite fille se rétrécit et bientôt elle perd sa joie de vivre. Visiblement, le garçon au coeur de pierre ne semble pas du tout prêt à se laisser aimer…

coeur_de_pierre_bandeau

Mon avis

Je me souviens être tombé par hasard sur la couverture de Coeur de Pierre. Mon coeur – justement – a fait un bond. Une seule illustration avait suffit à me convaincre d’attraper le livre et de le retourner pour lire la 4ème de couverture.

« Il est né avec un coeur de pierre,
elle, avec un coeur d’artichaut… »

La patte graphique et le jeu de couleurs de Jérémie Almanza est absolument fabuleux et contribue grandement à créer cet univers Burtonien. C’est à la fois poétique et sombre, une poésie que l’on retrouve dans les vers élégiaques de Séverine Gauthier, qui nous conte cette histoire avec beaucoup de douceur. C’est touchant, beau, triste et mélancolique à la fois, ça se lit très vite mais surtout ça se relit, ça se contemple dans les détails et expressions que les aquarelles transmettent avec délicatesse. C’est une approche sensible et tortueuse de l’amour, des relations que nous pourrions vivre vis à vis d’un(e) autre. Si d’apparence cette BD est destinée aux enfants – qui risquent de se mettre à bouder au terme de l’histoire – les adolescents et adultes peuvent se reconnaître sous les traits d’un personnage, comprendre la nature de leur coeur et le rapport qu’ils ont avec les sentiments. Car à travers cette histoire d’amour impossible, on se pose la vraie question de savoir pourquoi nous sommes parfois si cruel entre nous.

Notation 6

Coeur de Pierre est un coup de Coeur… d’artichaut.

Pour acheter ou offrir cette jolie BD

Extraits